Accueil Actu 7 idées reçues sur la cigarette électronique

7 idées reçues sur la cigarette électronique

Nouvel arrivant sur le marché de la cigarette, la vape fait l’objet de beaucoup d’idées reçues. Parmi toutes les informations qui circulent, la plus importante est que l’e-cigarette est à la base destinée aux anciens fumeurs. Voici un résumé des vraies et fausses informations autour de cet accessoire.

Vapoter est moins nocif que fumer

A lire aussi : Comment réparer une couronne dentaire qui est tombée ?

VRAI – On retrouve plusieurs substances cancérigènes dans la cigarette. De plus, elle contient également des composants qui responsables de maladies cardiovasculaires et d’insuffisances respiratoires. Il y a une affirmation qui fait l’unanimité chez les médecins, c’est que le tabac est nocif pour la santé.

Tandis que chez la cigarette électronique, plus précisément dans son e-liquide, on retrouve 95% de propylène glycol et/ou de glycérol ainsi que des arômes (tabac, menthe, vanille …). Le taux de nicotine dans l’e-liquide est moindre et variable. Comme une vapoteuse ne provoque pas de combustion, il n’y a pas de risque d’inhalation de monoxyde de carbone ni de goudron.

A lire aussi : Qui est la femme de Cristiano Ronaldo ?

L’e-cigarette permet d’arrêter de fumer

VRAI et FAUX – La cigarette électronique est aujourd’hui considérée comme outil efficace pour le sevrage tabagique. Cela s’explique par le fait qu’elle enregistre les mêmes codes que la cigarette classique. Premièrement, on reprend les mêmes gestes. Deuxièmement, on émet de la vapeur, à inhaler et à expirer comme la fumée d’une cigarette tabac.

C’est ainsi que deux tiers des vapoteurs ont réussi à arrêter le tabac ou ont pu réduire leur consommation tabagique. Autre avantage, il est possible d’ajuster le taux de nicotine dans l’appareil ou d’en rajouter des saveurs particulières.

Toutefois, cette réussite se fait sous plusieurs conditions. La première concerne la motivation du fumeur. En effet, vapoter et fumer ne font pas bon ménage ensemble. Une fois que l’on décide de vapoter, elle doit être exclusive. Le choix de la vaporette joue également un rôle important dans le sevrage. Il est conseillé de n’acheter les produits sur les sites de confiance comme Taffe-Elec, pour éviter les éventuelles pannes ou mauvais fonctionnement de l’appareil.

La cigarette électronique est plus économique que la cigarette classique

VRAI – Le calcul est simple ! Le prix d’un paquet de cigarettes oscille dans les 10 euros. Pour 4 paquets par semaine, la dépense s’élève à 40 euros en une semaine, soit 160 euros le mois ! Cela peut très vite représenter une petite fortune. Or, pour la vape, la dépense est moins importante. Le matériel ne s’achète qu’une seule fois, pour une cinquantaine d’euros, et l’e-liquide.

Les composants de la cigarette électronique et de l’e-liquide sont inconnus

FAUX – La composition de l’e-liquide et de la cigarette électronique est portée à la connaissance du grand public. En France, les étiquetages sur chaque produit doivent être précis. En outre, avec l’essor d’Internet, les sites marchands et les fabricants détaillent chaque produit sur leur boutique. Sinon, il est possible de questionner le vendeur.

Vapoter agit en mauvaise influence sur les jeunes

VRAI et FAUX – Les militants anti-cigarettes électroniques soutiennent l’idée que l’appareil est devenue une porte d’entrée dans le tabagisme. Selon une enquête américaine, réalisée auprès de 17 000 adolescents, le fait de vapoter incite les jeunes à essayer le tabac. Cette étude fut publiée en 2017 dans le Journal of the American Medical Association.

Par ailleurs, il reste toujours indispensable de vérifier les conclusions actuelles en France. D’ailleurs, les quelques études françaises démontrent que la cigarette électronique serait plutôt une solution de sortie qu’une porte d’entrée au tabagisme.

La cigarette électronique provoque une dépendance

VRAI et FAUX – Comme l’e-liquide contient de la nicotine, à faible dose, la dépendance physique à l’e-cigarette varie d’un individu à un autre. Généralement, elle dure entre 10 à 30 jours, sans plus, tandis que la durée du sevrage est de 2 à 3 mois en moyenne.

Vapoter représente un risque pour l’entourage

FAUX – Les risques de vapotage passif sont encore considérablement faibles. En effet, plusieurs études démontrent l’absence de nicotine dans la vapeur expirée, contrairement à la fumée de cigarette.

ARTICLES LIÉS