Accueil Finance Qu’est-ce que l’avis à tiers détenteur ?

Qu’est-ce que l’avis à tiers détenteur ?

Vous êtes un contribuable et vous êtes peut-être retrouvé dans l’une des situations décrites ci-dessous, et un matin, lorsque vous prenez le courrier, vous êtes surpris de trouver une lettre (épaisse) de votre banque.

Après l’avoir désacheté, vous apprenez avec étonnement que vos comptes bancaires sont bloqués, à la suite d’une « Alerte tierce » (ATD) émise par le Service de perception fiscale !

A lire aussi : AXA condamné à indemniser un restaurateur parisien

Quelle est cette « procédure ATD », dans quels cas est-elle mise en œuvre, quelles en sont les conséquences et comment se défendre contre elle ?

Qu’ est-ce que l’avis de tiers ?

Avis au tiers titulaire ou « ATD » est une procédure administrative réservée au Trésor public, proche de la « saisie – attribution » et « opposition administrative », qui permet au Trésor public de déduire de votre banque les montants dus (impôts directs ou indirects, pénalités tardives, intérêts, frais de recouvrement) comptes ou salaire lorsque vous n’avez pas répondufavorablement à une « demande de paiement » .

A lire en complément : Quel est le salaire minimum en Suisse ?

saisie ne peut concerner que des sommes d’argent et s’applique à tous vos comptes, y compris les comptes joints, à l’exception des « comptes de titres ». La

Il s’agit d’une mesure de « recouvrement forcé », considérée comme une « poursuite » de la même manière que le crankset, la saisie des salaires, la saisie L’effet de ATD est de contraindre l’entité qui détient vos comptes bancaires (bancaires) à les bloquer pendant quinze jours(à l’exception d’un montant insaisissable défini par loi et qui est équivalent au montant d’un RSA, le laquo ; équilibre bancaire insaisissable « SBI »), temps pour l’autorité fiscale de récupérer l’argent que vous lui devez. Il s’agit d’une mesure « coercitive » et, dans un sens, d’une mesure de « privation de liberté ».

Mais alors vous vous demandez : « Comment êtes-vous arrivé à cela ? »

 » Cas de mise en œuvre de la communication à un tiers titulaire

ParHabituellement correspondent à l’une des situations suivantes :

  • vous avez contracté une dette auprès du Trésor public en ne payant pas d’impôt « en temps voulu », c’est-à-dire avant la date limite de paiement et augmentation de 10%, malgré une « reprise » faite à cet effet ;
  • les autorités fiscales « ajusté » impôt sur le revenu, mais à la suite d’un départ temporaire, à un autre endroit en France ou à l’étranger pendant plusieurs mois, n’ayant jamais été informé de cette » récupération », l’administration fiscale a cru que vous aviez accepté « tacitement », et elle « a évalué » l’impôt correspondant, et n’a ne pas recevoir l’ « avis » fiscal, ou une « demande de paiement » obligatoire avant ATD (Avis aux tiers titulaires) ;
  • Les autorités fiscales vous ont notifié un « ajustement » de votre revenu imposable, mais à la suite d’une mauvaise livraison du courrier ou pour toute autre cause exceptionnelle, vous n’avez jamais été au courant de l’impôt« correct » ou sa « mise en vigueur ». Récupération » ;
  • Vous avez contesté la « correction de votre revenu imposable » au moyen d’une « plainte contentieuse » que vous avez accompagnée d’une « demande de sursis à paiement » conformément aux dispositions des articles L 277, R* 277-1 et R* 277-7 du Recueil des procédures fiscales et, si nécessaire, constitué « dans un manière opportune » les « garanties » suffisantes et obtenu leur transfert à un « compte d’attente » et la réception n° 3792-SD, mais l’administration fiscale n’a pas pris en compte cette « plainte » et le « sursis de paiement ».

Les conséquences de la TDA

Les revenus qui peuvent être saisis comprennent les salaires, les pensions d’ancienneté, les impôts, les prestations de chômage, jusqu’à la limite du solde bancaire insaisissable (SBI).

« SBI » est le montant minimum que la banque doit légalement laisser disponible sur le compte pour répondre aux besoinsnourriture immédiate ; est le montant mensuel de TGV pour une personne célibataire sans enfant, quel que soit l’état de la famille.

revenus de solidarité active (RSA), les prestations spécifiques de solidarité (ASS), les prestations d’insertion (AI), les prestations de maladie en nature (remboursement des frais médicaux)ne peuvent pas être saisis Les .

La notification au tiers titulaire est communiquée en même temps par enregistré au débiteur et au tiers saisi (dans ce cas : banque ou employeur). Le « tiers titulaire » (banque ou employeur) ne peut se soustraire à l’obligation qui lui est imposée, sauf s’il est passible de sanctions pénales.

Les comptes bancaires sont verrouillés pendant 15 jours, au cours desquels la banque détermine le solde réel disponible ; (ou le) compte est débiteur, ATD n’est pas possible, mais si le ou les comptes sont payables, les fonds disponibles sont automatiquement déduits au Trésor et versés au Trésor dans les deux mois.Cette durée de « deux mois » est la même que celle au cours de laquelle ATD peut être contesté.

Lorsque la « dette fiscale » est partiellement ou entièrement payée, l’administration émet une libération totale ou partielle du DTA et doit être transmise à la banque pour « déverrouiller » le ou les comptes. La procédure ATD n’est pas « gratuite » : elle implique des frais bancaires qui peuvent être élevés et qui sont supportés par le débiteur (le contribuable). La mainlevée d’ATD a normalement lieu sans intervention du contribuable, sans demande préalable.

Comment vous défendre contre un avis de tiers ?

Un avis aux tiers titulaires peut être « contesté » et « interjeté appel » si et seulement si les « règles de procédure » relatives à la perception (forcée) de l’impôt n’ont pas été respectées. C’est le cas si le « débiteur » n’a certainement pas agi sur un « recouvrement » ou une « demande de paiement », mais avait payé l’impôt réclamé de sorte queen temps opportun, et le laquo ; ATD » provient d’une erreur matérielle de taxes.

C’ est toujours le cas si un « débiteur » peut prouver qu’il n’a jamais reçu (par courrier) de « notification formelle de paiement », car il s’ agit d’une condition préalable indispensable à l’émission d’un « avis aux tiers d extenseur » .

Cela vaut même si le « débiteur » s’opposait à la « correction de son revenu imposable » au moyen d’un « crédit controversé » en « temps utile » et sous la forme des articles L 190 et suivants du Recueil des procédures fiscales, accompagnés d’un rsquo ; une « requête en suspension de paiement » conformément aux dispositions de la Articles L 277, R* 277-1 et R* 277-7 du même livre, et que des « garanties » suffisantes ayant été fournies « en temps opportun » et acceptées, et après avoir obtenu leur cession à un « compte d’attente » et reçu no 3792-SD, les autorités fiscales ont mal déclaré et n’ont pas tenu compte de ce fait.« réclamation » et « sursis au paiement ».

Cela peut se produire même si le « débiteur » peut fournir la preuve incontestable qu’après avoir effectué toutes les étapes nécessaires en « temps utile » (notification d’une nouvelle adresse postale provisoire ; certificat postal indiquant un « dysfonctionnement » dans le « voyage de livraison du courrier » pour les plis offensants), n’a jamais été en mesure de recevre, ni « proposition de rectification », ni « avis d’imposition », ni « lettre de recouvrement » ni « demande de paiement ».

Dans toutes les autres situations, la DTA n’est pas « discutable ».

Le contribuable dispose de deux mois pour contester le DTA à compter de la date de sa notification. Il est essentiel qu’une « première étape » du litige (pré-contentieux) soit passée , donc une « plainte » doit être adressée à la direction générale des finances publiques, sur laquelle le contribuable.

En cas de « refus » de laune « plainte » ou, en cas de défaut de réponse de l’administration, la procédure du titulaire d’un avis de tiers peut être portée devant le tribunal administratif compétent ou les tribunaux de première instance ou dans une large mesure.

Articles Similaires