Accueil Actu Comment calculer le taux de Turn-over ?

Comment calculer le taux de Turn-over ?

Article mis à jour le 10 mars 2021

Définition et calcul du taux de chiffre d’affaires

Le taux de roulement, également appelé « taux de roulement » ou « taux de roulement » , est un ratio qui permet de comprendre le taux de roulement dans une organisation.

A voir aussi : Comment réparer une couronne dentaire qui est tombée ?

Il est calculé en divisant la moyenne des départs et des arrivées des salariés dans l’entreprise, par rapport à la main-d’œuvre présente au début de la période.

Généralement, il est calculé sur une base annuelle.

Lire également : Cigarette E vapeur chaude ou froide ?

Taux de roulement =/En vigueur à compter du 1er janvier de l’année N

Pour obtenir un pourcentage, il suffit de multiplier cet indicateur par 100.

Un taux de roulement de 0 % signifie qu’aucun employé n’est arrivé ou n’est parti de l’entreprise au cours de la dernière année. Cependant, un taux de 100 % signifie que tous les emplois d’une entreprise ont été renouvelés.

Exemple  : une entreprise a une main-d’œuvre au 01/01/N de 300 salariés.

Entre le 1er janvier et le 31 décembre N, 35 employés ont quitté l’entreprise et 25 employés ont été embauchés.

Taux de roulement année N =/300 = 10%

Au cours de l’année N, 10 % de l’effectif a été renouvelé.

Dans certains tableaux de bord, nous trouvons une méthode simplifiée de calcul du taux de roulement :

Taux de roulement = Nombre de départs au cours de l’année/effectif moyen

Cette méthode de calcul repose sur l’hypothèse que l’effectif global est stable et que chaque départ est remplacé d’un poste à l’autre.

Intérêt et interprétation du chiffre d’affaires

Première analyse : un indicateur du climat social

Le taux de roulement est un indicateur clé de la gestion des ressources humaines. Il permet de se faire une idée de l’ampleur des mouvements de personnel dans l’entreprise ou l’organisation.

Cette indicateur est la plupart du temps initialement perçu comme l’ indicateur du climat social dans l’entreprise. Un faible taux (moins de 5%) correspondrait donc à une entreprise où le climat social est de bonne qualité (bonne ambiance globale et bonne satisfaction du personnel). Un taux élevé (plus de 15%) signifierait, à l’inverse, que l’entreprise a un mauvais climat social et de mauvaises conditions de travail.

La réalité est plus complexe. En se concentrant d’abord sur l’intérêt individuel de l’employé, plusieurs motivations expliquent le départ de l’employé :

  • manque de bien-être dans l’entreprise
  • un mauvais équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle
  • possibilités limitées d’évolution dans l’entreprise
  • un salaire jugé trop bas
  • l’ absence d’une marque de reconnaissance du supérieur hiérarchique
  • mieux opportunités professionnelles dans d’autres entreprises, etc.

Néanmoins, le taux de chiffre d’affaires donne une indication globale de la prise en compte des besoins des salariés dans l’entreprise.

Un indicateur à manipuler avec prudence

L’ interprétation du niveau de roulement doit être traitée avec prudence. En outre, en tenant compte des besoins du personnel, l’analyse doit nécessairement intégrer les spécificités de la succursale, les posteset la stratégie de l’entreprise.

Différence entre les secteurs d’activité

Si le niveau de chiffre d’affaires dépend évidemment en partie de la gestion de l’entreprise afin d’assurer un bon niveau de satisfaction du personnel, il dépend également de l’industrie.

Ainsi, dans les cabinets d’audit, il est très fréquent de voir des taux de roulement élevés (parfois jusqu’à 30 %), en particulier pour les auditeurs subalternes. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise gestion du personnel. Ces taux élevés s’expliquent également par la volonté des employés d’accroître leur expérience professionnelle afin de mieux développer leurs compétences. Les entreprises peuvent trouver leur intérêt en intégrant régulièrement des employés possédant les dernières qualifications dans les domaines avancés.

inverse, dans une administration où la majorité des fonctionnaires sont en poste, le taux de roulement sera généralement très faible, proche de zéro À l’ .

Différence par position

Au sein d’une même entreprise, il existe des différences importantes dans les niveaux de roulement d’un poste ou d’un service à l’autre. Il y a souvent un taux de roulement plus élevé pour les postes peu qualifiés et mal rémunérés. Les salariés concernés restent à la recherche de meilleures opportunités dans d’autres entreprises. Ces taux élevés s’expliquent également par le recours accru à des contrats précaires pour ces postes (CDD, intérimaire, etc.).

De même, certains Des secteurs tels que la restauration rapide et les parcs d’attractions recrutent massivement des étudiants . Ils recherchent naturellement des postes temporaires.

À l’inverse, les postes de direction dans les fonctions de soutien (comptabilité, RH, contrôle de la gestion, etc.) sont moins enclins à des changements importants dans le transfert.

Différences selon la stratégie

La stratégie de l’entreprise peut également expliquer un chiffre d’affaires élevé. Une entreprise en pleine croissance effectuera de nombreux recrutements, ce qui augmentera mécaniquement le taux (phénomène trouvé seulement en utilisant la première formule de calcul mentionnée).

Paradoxalement, il y aura aussi un taux de chiffre d’affaires élevé en cas de licenciement économique massif .

L’ orientation d’une entreprise sur une activité est la stratégie la plus susceptible d’avoir un taux de chiffre d’affaires élevé. Les activités transférées augmentent automatiquement le nombre de départs et l’activité sur laquelle l’entreprise se recentrage peut voir de nouveaux employés pour gérer la croissance de ce secteur.

Évènements exceptionnels

Enfin, certains événements exceptionnels peuvent expliquer un pic du taux de rotation, qui revient rapidement à « normal » alors :

  • phasede vieillissement accompagnée de retraites massives
  • crise sociale (désaccord entre plusieurs membres d’une équipe ou d’un service menant à des démissions)
  • l’ acquisition d’ une entreprise familiale ou la création d’une entreprise par un grand groupe (la déception des employés étant donné la perte d’indépendance s’accompagne souvent de démissions multiples)
  • fin d’un projet ou d’une grande commande étalée sur plusieurs années.

Quel bon niveau de chiffre d’affaires ?

n’y a pas de niveau idéal de chiffre d’affaires. Comme nous l’avons mentionné plus haut, ce taux dépend fortement du secteur, à l’exception de toute variation liée à la stratégie ou à l’événement exceptionnel. L’un des premiers est de comparer ce taux avec celui de la moyenne du secteur Il , s’il est connu (information souvent disponible au niveau de la fédération).

Les multiples avantages d’un faible taux

Si un taux de roulement proche de zéro n’est pas nécessairement positif (risque d’immobilité des employés en raison du manque de nouvelles idées en l’absence d’embauche), la plupart du temps, unfaible taux est synonyme d’efficacité .

La fidélité du personnel permet un effet d’apprentissage réel sur le long terme (opérations, processus sont exécutés de manière plus efficace et plus rapide) et une meilleure productivité . Il permet à l’entreprise de développer une culture d’entreprise forte et des projets à long terme avec des employés investis.

Le coût d’un taux élevé

D’ autre part, un taux anormalement élevé peut s’avérer extrêmement coûteux , surtout lorsqu’un départ nécessite un remplacement.

Un départ pas immédiatement remplacé d’abord conduit à une rupture dans l’exécution des tâches, ou au moins un niveau de productivité inférieur, s’il est remplacé. Ce départ, en particulier pour les employés les plus qualifiés et les plus investis de l’entreprise, peut nuire à la qualité. De même, dans certaines situations, les clients peuvent être très attachés à un interlocuteur particulier dont le départ peut conduire à la cessation des relations commerciales.

Le remplacement de l’employé du parti est également très coûteux et souvent inconnu des entreprises, car il est plein de coûts directs et surtout indirects ; coût du processus de recrutement , coût d’ intégration du nouvel employé (formation, équipement, etc.), productivité souvent faible au début. Ce coût peut même exploser en cas de mauvais recrutement.

Enfin, une augmentation soudaine du taux de roulement risque de déclencher un cercle vicieux en entraînant le départ d’employés supplémentaires. L’indirecte le coût du transfert est ensuite multiplié.

Comment réduire le chiffre d’affaires ?

Afin de réduire un chiffre d’affaires jugé trop élevé et problématique pour l’efficacité de l’entreprise, il est conseillé de procéder d’ abord à une analyse des causes de ces départs .

L’ objectif est de déceler toute insatisfaction qui a conduit à ce départ afin de réajuster la gestion des ressources humaines. Cette phase peut conduire à une amélioration des conditions de travail, à la clarté des perspectives de formation et de développement, à la qualité de la communication, etc.

ARTICLES LIÉS